S'identifier - Contact


Enfants perdus

Enfants perdus : on ne compte plus, partout dans le monde, ces exemples d'enfants qui souffrent, battus, abusés, martyrisés, au nom de je ne sais quelle idéologie, ou tout simplement à cause de la bêtise humaine ; ces enfants talibés du Sénégal ou d'ailleurs, quel est leur espoir, que sera leur avenir, sinon la haine des hommes, ou la mort.

La scène se passe à M’Bour, un port du Sénégal. Des dizaines d’enfants mendient, chacun avec la même gamelle à la main. Ils ont entre 4 et 15 ans. Tous sont en haillons, sales, et semblent inexorablement seuls et abandonnés. Ils sont partout, à chaque coin de rue, chaque carrefour. Ce sont eux qui ont en charge les basses besognes. Ils aident au déchargement du poisson, récurent les coques des pirogues et même quelquefois partent en mer avec les pêcheurs. Ce sont des Talibés, des élèves des écoles coraniques. Toutes celles-ci ne sont pas logées à la même enseigne, mais celles de M’bour, comme des centaines d’autres au Sénégal, obligent leurs élèves à mendier l’essentiel de la journée et à rapporter de l’argent sous peine d’être impitoyablement battus.  ?

Version imprimable | Mots et images | Le Jeudi 22/01/2009 | 4 commentaires | Lu 1247 fois


Commentaires

Chaque village africain abritait autrefois son école coranique. Le maître, le marabout, en contrepartie de l’enseignement qu’il prodiguait à ses élèves, les envoyait cultiver son champ et, un bref moment de la journée, quémander de la nourriture dans les maisons du village. L’exode rural a bouleversé ces pratiques. Les villages vides, certains maîtres installent leurs écoles dans les villes et les enfants consacrent la majeure partie de leur temps à la mendicité. Et quand ils ne mendient pas, ils apprennent le coran. Par cœur, des heures durant, sous le fouet du Marabout, luttant contre le sommeil et la faim. En visite à M’bour pour filmer un autre sujet j’ai été bouleversé par la vision de ces foules d’enfants tristes, et c’est pourquoi j’ai voulu vivre quelques semaines à leur côté. J’en rapporte ce film, ces images dures, témoins d’un phénomène qui prend chaque jour de l’ampleur. A cause de la sècheresse, de la misère qui monte, d’une certaine forme d’intégrisme, le nombre de talibés malheureux augmente massivement dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest.

 


comitepourerfoud | Le Dimanche 15/03/2009 à 23:52 | [^] | Répondre

que faire

bonjour chacun de nous devrais les aider mais vois tu les gents n aime pas parler misere.les enfants chez nous s achetent des jeux a 60euro mais ne donnerais meme pas 10 euro a un enfant pauvre .quel monde

 


comite pour erfoud | Le Mardi 29/12/2009 à 18:10 | [^] | Répondre

si chacun de nous y mettais juste un peu du sien que faire que faire .sahraoui mima.

 


comite pour erfoud | Le Mardi 29/12/2009 à 18:12 | [^] | Répondre

bonsoir apres avoir regarder ta video j ai eu mal.tu es europeen c est sur .tu ne nous a pas montrer la miseres de ses enfants. mais qu on  torture pour qu il apprennent le coran.le prophete mohamed que la paix sois sur lui na jamais lever la main meme sur un animal.nooooooooooooooon et nooooooooooooon je voulais voir leur maison leur parents voir comment aider .en europe se sont les parent qui sont martyr de leur enfant .alors trouvons un juste milieu etre ferme mais juste.

 


comite pour erfoud | Le Mardi 29/12/2009 à 18:27 | [^] | Répondre