S'identifier - Contact

Calendrier

Mai 2013
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Tribune

  • Comitepouerfoud : 1er juin 2013 : toujours le froid et la pluie à Chambéry , et la neige à 800m il y a seulement quelques jours ! Depuis des mois, pas un jour de beau...On pense à ceux qui n'ont pas d'eau !!!
  • M.Heddoun : Joyeux Noel à tous. Je vous souhaite bonnes fêtes e fin d’année.Mamed Heddoun
  • comitepourerfoud : Juin 2014 - Réactivation de nos liens avec Erfoud : l'accueil des présidents de nos associations partenaires et de M le Député-maire d'Erfoud a Chambery
  • comitepourerfoud : 6 juin 2014 - Le Marche des Continents a Chambery est l'occasion de rencontrer une centaine d'associations humanitaires au cours de la même journée ; M'barek y était présent avec nous...
  • gaby tardy : Mes amitiés à M'hamed Heddoun et sa famille
  • Comitepourerfoud : Réunion de rentrée du Comite: plusieurs objectifs ; départ d'une delagation du CA a Erfoud à l'occasion du festival des dattes fin octobre, organisation des marchés de Noel, loto à Jacob le 30 janvier...
  • H.M. : L’assassinat d’Hervé Gourdel est non seulement un acte barbare, mais aussi une honte contre l’humanité entière. Notre solidarité pour sa famille et ses proches.
    H.M.

Réagir :
Nom
Adresse web

Archives par mois


Nos partenaires



Merzouga, Hassilbied, Tannamoust...

Merzouga, Hassilbied, Tannamoust...

Version imprimable | Mots et images | Le Samedi 04/05/2013 | 0 commentaires | Lu 506 fois
Permalien

L'oasis - Hassilbied

L'oasis - Hassilbied
Version imprimable | Mots et images | Le Vendredi 28/09/2012 | 0 commentaires | Lu 1748 fois
Permalien

Le monde avec des yeux d' enfant

Le monde avec des yeux d' enfant
Version imprimable | Mots et images | Le Mercredi 20/10/2010 | 0 commentaires | Lu 995 fois
Permalien

Le feu qui danse, l'odeur du pain ...

Le feu qui danse, l'odeur du pain ...
Hassilbiad (Maroc), ce 30 mars 2010 ...

Nos ateliers se poursuivent:
l'écriture sous forme d'une histoire avec des personnages choisis par les jeunes et qui vont raconter notre aventure;
le film, nous travaillons également sur un reportage sur le village Hassilbied,
la photo, nous prenons beaucoup de photos, un choix est à faire pour l'expo
des maths, des exercices quotidiens pour Jordan et à sa demande.
Chaque jeune a également un cahier pour une écriture personnelle: Eitan, Sarina et Angélique restent encore résistants à cette forme de remobilisation, nous y travaillons!

A suivre
Version imprimable | Mots et images | Le Mardi 30/03/2010 | 0 commentaires | Lu 1304 fois
Permalien

Un singe en hiver

Un singe en hiver

Les voyageurs qui traversent l'Atlas par Azrou connaissent bien la sympathique colonie de macaques qui les attend au sommet du col.
En cette saison, à plus de 2000m, la route est enneigée, ce qui rend cette rencontre encore plus étrange. Le passage du col d'Azrou est chaque fois l'occasion d'observer le comportement des singes et de découvrir cette relation  à la fois méfiante et complice qu'ils entretiennent avec les gens de passage.
Ils posent bien sûr volontiers pour la photo,  on leur offre surtout des mandarines qu'ils adorent, mais ne comptez pas sur eux pour un remerciement ; ces philosophes dans l'âme ont bien compris les limites de la relation qui peut s'établir avec les humains !
 
photo DB - fevrier 09
Version imprimable | Mots et images | Le Samedi 14/02/2009 | 0 commentaires | Lu 1980 fois
Permalien

Enfants perdus

Enfants perdus : on ne compte plus, partout dans le monde, ces exemples d'enfants qui souffrent, battus, abusés, martyrisés, au nom de je ne sais quelle idéologie, ou tout simplement à cause de la bêtise humaine ; ces enfants talibés du Sénégal ou d'ailleurs, quel est leur espoir, que sera leur avenir, sinon la haine des hommes, ou la mort.

La scène se passe à M’Bour, un port du Sénégal. Des dizaines d’enfants mendient, chacun avec la même gamelle à la main. Ils ont entre 4 et 15 ans. Tous sont en haillons, sales, et semblent inexorablement seuls et abandonnés. Ils sont partout, à chaque coin de rue, chaque carrefour. Ce sont eux qui ont en charge les basses besognes. Ils aident au déchargement du poisson, récurent les coques des pirogues et même quelquefois partent en mer avec les pêcheurs. Ce sont des Talibés, des élèves des écoles coraniques. Toutes celles-ci ne sont pas logées à la même enseigne, mais celles de M’bour, comme des centaines d’autres au Sénégal, obligent leurs élèves à mendier l’essentiel de la journée et à rapporter de l’argent sous peine d’être impitoyablement battus.  ?
Version imprimable | Mots et images | Le Jeudi 22/01/2009 | 4 commentaires | Lu 1230 fois
Permalien

Erfoud, aux portes du désert

Erfoud, aux portes du désert

Bien que n'ayant pas particulièrement une vocation touristique, Erfoud accueille tous les ans un bon nombre de voyageurs de toutes les nationalités qui profitent de sa position stratégique aux portes du désert  et souvent prennent le temps d'en découvrir les secrets et les richesses.

La ville a préservé des traces de sa vocation militaire d’autrefois : les rues, l’architecture ou encore les arcades, tout ramène à cette époque lointaine où Erfoud était une ville de garnison, régie par une administration de type colonial.

Plantée au cœur du Tafilalet, elle est un point de départ idéal pour les randonnées vers le sud et plus particulièrement vers les dunes de l'erg Chebbi et Merzouga, site touristique mondialement connu. On n'oubliera pas de monter au borj, une tour fortifiée qui domine le village. Du haut du borj, au lever du soleil, on profite d’une vue magnifique sur la palmeraie et  le désert qui se profile à l’horizon. On peut y découvrir les nombreux ateliers de travail du marbre, autre richesse de la région. On y travaille en particulier la pierre d 'Erfoud, marbre noir dont la particularité est d'être veiné de fossiles millénaires.

Erfoud nous aprend vite qu'elle est  bien une ville du désert . Au bout de l'avenue Moulay Ismael qui la traverse d'ouest en est, comme des rues adjacentes, on débouche inmanquablement sur l'aridité de la plaine, et au delà de la palmeraie, le désert et les dunes.

Le long de la route vers Rissani, on observe quelques puits, vestiges des traditionnels Khéttaras d'autrefois. L'eau est rare, les palmiers souffrent. La route nous emmmène aujourd'hui bien au delà de Rissani jusqu'à Merzouga et même Taouz.  Autrefois le trajet se faisait encore par la piste dans des conditions qui ne manquaient pas de charme et offraient d'entrée un petit air d'aventure. Merzouga, c'est le spectacle grandiose des dunes roses de l'erg Chebbi et cette magie indéfinissable du désert et des nuits sous les étoiles.

Mais la vraie richesse d'Erfoud c'est ses habitants ;  des gens qui ne se livrent pas au premier venu, parlent peu, observent, avec toute la prudence caractéristique des ruraux, mais qui, quand ils vous ouvrent leur porte vous font l'honneur d'une vraie et durable amitié. Quel que soit l'esprit du visiteur, il ne peut qu'être séduit, au point d'en ressortir transformé et vivifié.

Version imprimable | Mots et images | Le Jeudi 08/01/2009 | 0 commentaires | Lu 2271 fois
Permalien






"Tout l'univers se retrouve dans la théière. Plus exactement la sinia (plateau circulaire) figure la terre, la théière le ciel, les verres la pluie ; le ciel par la pluie s'unit à la terre."
                                      
                                                          Abdallah Zikra






Bonne et heureuse année 2009


Notre site a reçu en 2008 plus de 31000 visites , l'article le plus lu est "La grande dune de Merzouga", il a été vu dans 125 pays, mais principalement aux USA, en France et au Maroc ...
.........................................................................
Version imprimable | Mots et images | Le Mardi 30/12/2008 | 0 commentaires | Lu 748 fois
Permalien
Plus d'articles :