S'identifier - Contact


Les chants de la Tassaout

Dans un décor du Haut Atlas, Hayet Ayad chante en arabe et en bérbère ses propres créations. Elle nous raconte en français l’histoire d’une femme berbère, hétaïre et poétesse de la vallée de la haute Tassaout. Ici les poèmes sont d’une rare densité, ils mettent en valeur les émotions de la vie, sous le regard de cette femme « Mririda Naït Atik ».

L’histoire de ses poèmes et la manière dont ils sont parvenus jusqu’à nous est extraordinaire. En 1927, l’écrivain René Euloge, envoyé comme instituteur dans le grand Atlas Marocain, découvre la Haute Tassaout, vallée du bout du monde, l’une des plus sauvages, des plus grandioses et des plus belles de cette région. Là, il fait la connaissance d’une jeune berbère dont le charme et l’inspiration vont le fasciner. Mririda n’Aït Attik est une jeune hétaïre du souk d’Azilal clos de hautes murailles de pisé, flanquées de tours à meurtrières ou elle était tolérée en compagnie de quelques jeunes filles de sa sorte. Elle n’avait pas la trentaine, jolie, elle ne l’était point, malgré des yeux immenses au regard expressif. René Euloge décrira cette étrange relation :

«Je me trouvais en communion spirituelle avec cette fille sauvage en qui je découvrais à ma stupéfaction sans cesse accrue, une âme enthousiaste et généreuse combien exceptionnelle et inattendue au cœur du grand Atlas. Je la sentais pénétrée de la flamme qui la brûlait, de l’amour de cette montagne à laquelle elle devait une inspiration originale ... Il me fallait attendre la tombée de la nuit pour la retrouver vêtue de somptueux brocart : une Mririda fleurant le jasmin, une Mridida prête à se laisser emporter par son lyrisme enflammé ou sa mélancolie funèbre... »

Elle chantait comme si elle eut vocalisé les neumes d’un étrange plein chant. Qui pouvait prêter une attention véritable à son talent? Peu familiarisés avec le dialecte tachelhaït, les sous-officiers français du Goum ne se souciaient guère de poèmes et de chants pour eux inintelligibles.

René Euloge retranscrivit et traduisit patiemment ces chants dictés directement par l’inspiration de celle qu’il appellera notre Sappho berbère et publiera plus tard ces poèmes d’une âpre simplicité qui s’apparentent aux ballades, lais et rondeaux de notre Moyen-Âge.

"Les Chants de la Tassaout" Mririda. Retranscription René Euloge, Edition Bellevisi.

Version imprimable | A lire ou à voir | Le Jeudi 29/01/2009 | 2 commentaires | Lu 2315 fois


Commentaires

Lien croisé

La Gazette du Chergui : "Je viens d’y passer un long moment, je me suis arrêtée, par exemple sur l’article sur le livre des Chants de la Tassaout (que je vais me commander), ou le parrainage des filles de la région. "

 


comite pour erfoud | Le Vendredi 27/02/2009 à 00:33 | [^] | Répondre

Lien croisé

Le blog du comité pour Erfoud | Voyage au Maroc : "Je viens d’y passer un long moment, je me suis arrêtée, par exemple sur l’article sur le livre des Chants de la Tassaout (que je vais me commander), ou le parrainage des filles de la région. "

 


comite pour erfoud | Le Vendredi 24/06/2011 à 11:46 | [^] | Répondre